Soyons nombreux mobilisés le 26 janvier !!! !

Mobilisation le 26 janvier

le 26 janvier  une mobilisation intersyndicale aura lieu, la FSU mettra en avant le SNICS-FSU pour dénoncer la loi 4D de décentralisation menaçant notre profession de rejoindre la fonction publique territoriale. Nous ne serons plus au sein de nos établissement, nous ne répondrons plus au besoins des élèves, nous ne pourrons plus avoir la même organisation de travail (planning, cycle de travail calqué sur le rythme scolaire etc...°

Soyons toutes et tous mobilisés !

TOUCHE PAS A MON INFIRMIÈRE DE L'ÉDUCATION NATIONALE !

TOUCHE PAS A MON INFIRMIÈRE DE L'ÉDUCATION NATIONALE !

 

Signez et faites signer nombreux la pétition : touche pas à mon infirmière !!!

https://www.mesopinions.com/petition/sante/touche-infirmiere-education-nationale/120361

 

point sur la crise sanitaire

Hier s’est tenu un « point sanitaire » auquel a été convié l’ensemble des organisations syndicales représentatives du MEN. Saphia Guereschi -SNICS-FSU a représenté les infirmier.es de l’Education nationale en intégrant la délégation fédérale de la FSU. Aucun.es autres professionnel.les de santé n’étaient présent.es  à ce point sanitaire.

Toutes les OS ont dénoncé les incertitudes incompréhensibles et persistantes pesant sur l’ensemble des agent.es en cette rentrée ainsi que la tenue trop tardive de cette rencontre.

 

Il reste encore trop d’incertitudes, des difficultés et incohérences sur la mise en œuvre et l’adaptation des protocoles, sur les moyens de protections mis a disposition des agent.es, la protection des plus vulnérables et des agent.es vivant avec des personnes vulnérables,  sur la circulation virale au sein des établissements (absence de fiabilité des données, absence de travaux de recherche), les dispositifs de dépistages et de tracing non opérationnels etc…

 

Les maîtres-mots du SNICS ont été « anticipation, transparence et communication ». Le dialogue social doit être renforcé, les enjeux doivent nous amener à mettre en place de véritables espaces d’échanges et de réflexion, nous ne pouvons plus accepter d’être informés par voie de presse et  mis devant le fait accompli. Tous les scénari doivent être envisagés et discutés.  Les agent.es doivent pouvoir se projeter, s’adapter et devenir de véritables acteurs-trices conscient.es et responsables des dispositifs à mettre en place.

Le ministère n’envisage actuellement aucun scénario de fermeture totale des établissements, mais le maintien du protocole de septembre avec, comme variable d’ajustement, l’hybridation des enseignements (mixage présentiel-distanciel comme en lycée). Les autres curseurs sont la restauration scolaire, les transports et l’EPS (fermeture des gymnases).

A ce jour, le Ministre nous affirme qu’aucune modification du calendrier scolaire n’est envisagée. 

 

Concernant plus particulièrement les infirmier.es de l’Education nationale, nous avons dénoncé  la surcharge de travail, le manque d’anticipation et d’information, l’absence de créations d’emplois et bien évidement l’incohérence d’un transfert aux collectivités territoriales.

Plusieurs organisations syndicales pointent un dispositif de tracing et de tests inefficace et insuffisant.

Le ministère annonce sa volonté d’accélérer la campagne de tests (maintien du volontariat),  et envisage la réalisation d’un million de tests au mois de janvier. Le Ministre va inviter les Recteurs à demander le soutien des associations de sécurité civile. A partir de trois cas positifs, un cluster sera déclaré, permettant la mise en place d’un dépistage large.

 

Concernant la campagne de vaccination, le Ministre est revenu sur ses annonces. A priori, il ne devrait plus avoir de campagne de vaccination en milieu scolaire, mais… des discussions sont en cours…

« N’ayant fait l’objet d’aucune étude », la vaccination ne sera ouverte qu’aux plus de 18 ans.

 

Les agent.es du MEN seront vacciné.es dans les centres de vaccination, selon les phases et les critères de priorisations prévus par le ministère de la Santé. Les infirmier.es font partie des professionnel.les de santé qui seront vacciné.es lors des première et deuxième vagues. Les autres agent.es (dont les enseignant.es) devraient être vacciné.es à partir du mois d’avril (3ème phase). Les volontaires pourront s’inscrire (aucune info sur modalités d’inscription), et feront l’objet de priorisations, établies par la HAS selon des critères d’âge et vulnérabilité, ainsi que d’exposition.

 

Pour le SNICS comme pour la FSU, les employeurs publics  doivent rendre accessible et gratuit  le vaccin à l’ensemble de leurs salarié.es, sans que cela soit une obligation et/ou une injonction, y compris pour les plus vulnérables.

Membre du Bureau National du SNICS-FSU

Non à la décentralisation !!!

hères et chers collègues

Dans notre dernière publication nous vous annoncions que dossier de l’année 2021 serait la décentralisation.

Nous ne pensions pas que ce dossier arriverait aussi vite.

Le 17 décembre 2020 par voie de presse dans un entretien accordé au journal « Les Echos », la Ministre des territoires annonce que sa loi 4D comporte la décentralisation de la « médecine scolaire » (médecins et infirmières)

http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2020/12/17122020Article637437867087620643.aspx

Le ministre de l’EN dernièrement interpellé par le SNICS-FSU à ce sujet, avait   trouvé le SNICS-FSU un peu trop inquiet pour ne pas dire alarmiste, et pourtant nous y sommes… C’est écrit dans un projet de loi sur lequel il n’a pas la main. Il ne reste plus aux infirmier.es et au SNICS FSU, en tant que syndicat majoritaire, qu’à agir avec force pour faire tomber ces articles de loi qui entraineront la disparition des consultations infirmières en pleine responsabilité, et avec elles celle de l’accueil et de l’écoute libre des élèves.

Plus que jamais la jeunesse a besoin de nous, nous ne lâcherons ni les élèves et étudiant.es, ni nos revendications légitimes de reconnaissance. En 2021, nous nous battrons et ressortirons dans la rue autant que nécessaire, jusqu’à l’abandon de ce projet mortifère. 

Mais d’ores et déjà, nous vous proposons d’interpeler vos députés et sénateurs avec le document ci joint 

  liste des députés

https://www.assemblee-nationale.fr/qui/xml/regions.asp?legislature=14

liste des sénateurs

https://www.senat.fr/senateurs/sencir.html

 

Et participer massivement à la mobilisation du 26 janvier 2021. Car c’est maintenant qu’il faut faire entendre notre voix !

 

 

 

Les vacances commencent avec cette nouvelle  il va nous falloir rester mobiliser  et s'engager pour que 2021 ne soit pas l’année de la décentralisation !!!!!

courrier décentralisation pour reponsabl
Document Adobe Acrobat 148.8 KB

Décentralisation de la santé à l’École, pour le SNICS FSU, c’est toujours NON !

Décentralisation de la santé à l’Ecole, pour le SNICS FSU, c’est toujours NON !

 

Le SNICS FSU s’oppose au projet de loi 4D et plus particulièrement à l’annonce de décentralisation de la santé en milieu scolaire de l’Education nationale vers les collectivités territoriales faite par la Ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, sans dialogue social ni concertations.

Ce transfert de compétences ne permettra pas d’accroître la performance de la santé scolaire grâce à un pilotage départemental et nuirait gravement à l’objectif ambitieux posé par la loi pour une École de la confiance : celui de la réussite scolaire de tous-tes les élèves.

Dans l’entretien au journal « les Echos », la Ministre justifie ce projet en s’appuyant sur les compétences des collectivités territoriales en matière de santé et adhère à l’objectif de guichet unique en matière de santé en direction des jeunes.

Cette orientation va à l’encontre des politiques menées depuis plus de 40 ans qui n’ont eu de cesse de renforcer et de réaffirmer l’importance et l’impérieuse nécessité d’accroitre la responsabilité du Ministre de l’Education nationale en matière de promotion de la santé, et par là même l’adhésion et la participation de l’ensemble de la communauté éducative au premier rang de laquelle se trouvent les familles.

Ce projet ne rencontre pas l’adhésion des infirmier.es de l’Education nationale qui sont attaché.es au cadre ministériel et au caractère national de la santé à l’Ecole car ce cadre donne l’assurance d’une équité territoriale, et surtout répond aux besoins des élèves et de l’ensemble de la communauté éducative, traduits par 18 millions de consultations infirmières réalisées chaque année à leur demande Parce que la santé des élèves est un des déterminants majeurs de la réussite scolaire, la politique éducative sociale et de santé en faveur des élèves doit rester une mission de l’Ecole, colonne vertébrale de la République.

Le SNICS-FSU refuse un scénario de décentralisation de la santé à l’Ecole qui s’entendrait sur la totalité du champ, médecins et infirmier.es y compris dans les établissements scolaires. Les infirmier.es de l’Education nationale doivent continuer à exercer au sein des établissements scolaires au service des élèves et de leur réussite, sous la responsabilité et la gouvernance du Ministère de l’Education nationale et non sous celle des départements. Si leur rôle dans le cadre de la protection maternelle et infantile a toute sa pertinence, l’étendre à l’Ecole n’est pas « la suite logique » contrairement à ce que prétend la Ministre. La santé à l’Ecole doit rester l’affaire de toute la communauté éducative, au service de la réussite scolaire.

SNICS-FSU_CP_dcentralisation_dc_20.pdf
Document Adobe Acrobat 174.6 KB

Bulletin académique décembre 2020

Vous trouverez en pièce jointe le dernier bulletin académique du SNICS académique.

Sommaire

Page 1 : edito

Page 2 : Congrès exceptionnel du SNICS-FSU du 26 novembre

 Page 3 : Groupe de Travail : Revalorisation des IFSE infirmières

Page 4 : Compte rendu du Groupe de travail Bilan du mouvement 2020 

 

Page 5 : Article pour publication SNES-FSU Rennes et AVIS CHSCT

bulletin 86 decembre 2020 -3.pdf
Document Adobe Acrobat 2.6 MB

Test antigéniques et santé au travail

Le SNICS est contre les tests réalisées par les infirmières, puisque cela se fait au détriment de nos  missions auprès des élèves. Cependant, il conseille et accompagne toutes les collègues, quelques soit leurs choix, afin qu'elles exercent leurs missions en toutes sécurité (administrative, matériel etc) en cas de difficultés : matériel inadapté, protections insuffisantes n’hésitez pas à nous contacter et à faire remonter des fiches SST  

 

Rappel de la procédure

 

Les fiches santé et sécurité au travail :

Elles sont à remplir par l’agent lorsque ses conditions d’exercice représentent un risque pour sa santé ou sa sécurité.

Elles sont maintenant dématérialisées dans notre académie :

 

Pour cela, il faut se rendre sur le « bureau » de « Toutatice », puis sur « Arena » (colonne de gauche), puis « intranet, référentiels et outils », puis à droite « autres outils, registre santé et sécurité au travail ».

Test antigéniques

Pourquoi faire réaliser les tests antigéniques par les infirmier.e.s de l’Education nationale en dépit de leurs missions auprès des élèves est réellement une mauvaise idée ?

vous trouverez ci joint les arguments du SNICS 

test antigéniques.pdf
Document Adobe Acrobat 221.5 KB

Les infirmières de l'académie de Rennes sont méprisées !

L’académie de Rennes reconnaît la valeur des infirmier.e.s de l’Éducation nationale à hauteur de 4,66€ d’augmentation de leur IFSE (indemnité de Fonctions de Sujétions et d’Expertise) en pleine crise de la COVID-19.!!

vous trouverez ci joint le communiqué' de presse du SNICS -FSU

CP IFSE nov 20.pdf
Document Adobe Acrobat 209.4 KB

congres SNICS académique

Le congrès académique préparatoire au congrès national a eu lieu le 9 octobre à Pontivy

congrès studieux et masqué !!!

Pourquoi se syndiquer au SNICS-FSU ?

 

- Se syndiquer

C’est s’unir pour participer à la défense de la profession :  l’obtention de la catégorie A,  les IFTS pour les infirmières d’internat,  possibilité d' avancement pour les IDE en CML …

 

-Se syndiquer,

C’est l’assurance d’avoir des collègues pouvant être consultés pour vous soutenir et vous renseigner quel que soit le problème rencontré (emploi du temps, internat, mutation, promotion …)

 

-Se syndiquer

 C’est être au courant de l’actualité de la profession : réunions syndicales, publications régulières, compte-rendu des différentes réunions, propositions de stage . 

 

-Se syndiquer,

C’est l’assurance de ne pas être isolée dans son établissement.

 

- Se syndiquer,

Combien ça coûte ? :

 

Votre cotisation est fonction de votre indice et 66% de la cotisation est déductible des impôts (et si vous n’êtes pas imposable vous bénéficierez d’un crédit d’impôt). Vous pouvez aussi opter pour un paiement fractionné (4 ou 6 fois).

Une cotisation de 100€ vous coûtera donc 36€.

 

N’hésitez plus, adhérez au SNICS-FSU

Vous trouverez en  téléchargement 

 L’adhésion pour l’année 2020-2021.

 

 

bulletin adhesion 2020-2021.pdf
Document Adobe Acrobat 353.9 KB